MobbyWay : l’avertisseur de radar communautaire

Petit conseil : lisez l’article jusqu’à la fin, une petite surprise vous y attend …

C’est suite à l’expiration de l’abonnement “Tom Tom Live” intégré à mon GPS que je me suis mis à la recherche d’un nouvel avertisseur de radars zones dangereuses … Bien entendu j’ai tout de suite pensé au leader du marché : Coyote. S’il est vrai que cette solution est particulièrement performante, je trouve, que son coût est trop élevé pour mon usage. J’ai donc cherché une solution équivalente et gratuite. Il existe, sur le marché, de nombreux systèmes (Trapster, Waze, Eklaireur …) mais c’est MobbyWay, une solution développée par une équipe française qui a retenu mon attention.

Voici les raisons de mon choix :

  • MobbyWay est une solution gratuite dans sa version de base (qui reste toutefois totalement opérationnelle). Il est possible de débloquer l’intégralité des fonctions en souscrivant à la version “Full”
  • Cette application présente un gros avantage par rapport à ces concurrents : la légèreté. En effet je souhaitais une app ne consommant pas trop de ressources et qui n’épuise pas ma batterie trop rapidement
  • MobbyWay est simple d’utilisation et présente une interface complète, claire et lisible (on est assez proche de ce que propose Coyote en la matière).
  • La simplicité de l’interface ne nuit toutefois pas aux fonctionnalités proposées par MobbyWay. Les fonctions “avancées” étant accessibles au travers de votre espace perso sur le site Web de l’application. Je trouve qu’il s’agit là d’un choix pertinent : une interface simple, claire et légère pour l’app installée sur le mobile et des fonctionnalités nombreuses mais uniquement accessibles au travers du site web. Parmi ces fonctions “avancées” : la possibilité de visualiser vos historiques de parcours (OpenStreetMap), la possibilité d’être alerté par email lorsqu’un utilisateur déclare un “danger” au sein d’une zone que vous avez précédemment défini, un historique de vos actions sur MobbyWay …
  • L’application est capable de signaler à la fois les radars fixes, mobiles et de feux tout cela dans le respect de la règlementation française (conformément au décret de janvier 2012)
  • L’aspect communautaire (et ludique) m’a également séduit. En effet plus vous utilisez MobbyWay plus vous obtenez d’étoiles (ce qui renforce votre crédibilité vis-a-vis du système et des autres utilisateurs)
  • MobbyWay est réellement multi-plateformes : Android, Windows Phone, Windows Mobile, Iphone et même un autoradio : l’Asteroïd de Parrot !
  • La sympathie et la réactivité de l’équipe MobbyWay …

 

Un seul petit bémol : comme pour tout système communautaire, la qualité des alertes est sensiblement liée au nombre de membres actifs. Pour le moment MobbyWay manque encore un peu d’utilisateurs. Il ne tient donc qu’à vous de contribuer en téléchargeant l’application et en l’utilisant au quotidien.

L’équipe de MobbyWay vient également d’annoncer de futurs partenariats avec d’autres acteurs du marché afin de procéder à des échanges d’informations en temps réél (ce qui devrait rapidement doper l’efficacité du système).

Prêt à essayer ? Christophe, l’un des membres de l’équipe MobbyWay, a eu la gentillesse de me fournir 9 coupons vous permettant d’obtenir une version “Full” fonctionnelle pendant 6 mois. Intéressé ? Les 9 premiers lecteurs à poster un commentaire avec le mot clé “je veux essayer” obtiendra un coupon (n’oubliez pas de mentionner votre adresse email – qui restera, bien entendu, confidentielle).

  • le site officiel MobbyWay est disponible ICI
  • une petite synthèse des principaux avantages de MobbyWay est accessible ICI
  • l’appli Android sur Google Play est disponible ICI
  • pour les autres plate-formes, vous n’avez qu’a vous débrouiller ;-)

Quelques précisions concernant le multi-tâches sur iOS

iosSi vous faites partis de ceux qui ont l’habitude de double cliquer régulièrement sur le bouton « home » de leur iPhone (IPad, IPod …) afin de fermer méticuleusement les applications en cours de fonctionnement (en espérant ainsi libérer des ressources), vous devriez lire les quelques lignes qui vont suivre …

Pour être franc et jusqu’à la lecture de cet excellent article j’étais un peu comme vous. Pour ceux qui ne sont pas trop à l’aise avec la langue anglaise je vais tenter de vous décrire, en quelques lignes, le fonctionnement du (pseudo) mode mult-tâches proposé par iOS (en m’inspirant très fortement de l’article original qui est consultable ICI …)

En fait, une application iOS peut se trouver dans 5 états :

  • « non fonctionnelle » : c’est le cas pour une application qui n’a pas encore été lancée ou qui a été volontairement stoppée par l’utilisateur (ou par le système comme on le verra plus bas).
  • « inactive » : c’est le cas pour une application qui se trouve au premier plan mais qui ne reçoit plus aucune action (c’est le cas par exemple lorsque l’utilisateur a verrouillé son appareil avec une application toujours active).
  • « active » : c’est le cas pour une application en fonctionnement normal.
  • « en tâche de fond« : l’application n’est plus présente à l’écran mais elle continue à s’ exécuter en arrière plan.
  • « suspendue » : l’application ne fonctionne plus en tâche de fond mais elle est toujours présente en mémoire.

On passera rapidement sur les états « non fonctionnelle », « active »et « inactive » qui n’ont que peu d’intérêt dans le cadre de cet article.

L’analyse des autres modes est plus intéressante : lorsque l’utilisateur appuie sur le bouton « home » l’application actuellement utilisée passe de l’état « active » à l état « en tâche de fond ». La majorité des applications ne seront autorisées à fonctionner dans cet état que quelques secondes, le temps de se fermer correctement. Elles passeront ensuite automatiquement dans l’état « suspendue ». Elle seront donc toujours stockées en mémoire (afin de pouvoir être relancée plus rapidement) mais ne consommeront plus de ressource « processeur ». Certains vont peut être rétorquer qu’il est donc nécessaire de purger régulièrement ces applications afin de libérer de la mémoire. Ce n’est pas le cas car iOS s’en occupe sans action de votre part : si vous lancez une application particulièrement gourmande le système va automatiquement supprimer de la mémoire certaines des applications suspendues.

Il existe toutefois quelques exceptions :

Dans certains cas, après l’appui sur le bouton « home », l’application va demander l’autorisation au système de pouvoir encore fonctionner en tâche de fond pendant une dizaine de minutes (pour finaliser un téléchargement par exemple). Quoi qu’il en soit cette autorisation ne peut excéder quelques minutes.

   Certaines (rares) applications disposent d’autorisations spécifiques leur permettant de fonctionner en tâche de fond sans limitation de durée (lecture de musiques, logiciels d’aide à la navigation, VoIP, news en temps réel …). Mais il s’agit là de cas particuliers.

   Pour résumer : sur iOS, vous n’avez pas besoin de vous soucier des applications toujours présentent en tâche de fond, le système gère tout ça pour vous. Il est donc totalement inutile donc de « killer » régulièrement les applications se trouvant en arrière plan.

    L’article original est disponible ICI

   L’auteur de l’article original a également réalisé une vidéo destinée à démontrer tout ça d’une façon plus visuelle. C’est par ICI !

Photo : Guilherme Neto